La contrée

La collection La contrée veut dire les convulsions en tous sens du « tournant » auquel le rythme de nos souffles assigne aujourd'hui la « philosophie » é-mue au temps de sa détresse. Tous les gestes de faille participent à nos yeux de cette recherche vitale d'une reprise d'air. Tous ensemble azi-mutés, ils sont le processus nécessaire de la mutation immense. Positivement ou par la négative, tous les « pour » et les « contre » creusent peut-être le nouveau puits en croyant flamber de leurs derniers souffles. Aussi bien, certains livres méconnus ou épuisés pourront-ils trouver place sur cette embarcation éditoriale de transit, pourvu qu'ils intensifient les températures du brasier sur lequel, de toute autre façon, la vie consciente cherche hardiment l'inéluctable nouveauté de son cours.

19,80 € L’impossible cadavre et L'Os d'Ôr

L’impossible cadavre et L'Os d'Ôr

(cyril loriot) et (aurélien réal)

Au commencement cette vision d’abîme : l’être pensant a fini, il a joué tous les rôles. Aucune espèce de pensée n’arrêtera plus le géocide en cours. L’unique démonstration de la pensée : son impuissance finale à vivifier, à faire amour. Quelles que soient la richesse et l’étendue de ses régimes symboliques, la pensée, à la fin, s’avoue intégralement meurtrière : une entreprise systématique de destruction du présent vivant.

Après Néandertal, Heidegger, Derrida, Badiou,... et Homo suicidus, agonisants dans la caverne empoisonnée des apories interminables, nous nous sommes laissés aventurer par asphyxie dans une contrée étrangère aux territoires de la pensée. Aspirés par une force supraconsciente inconnue dans le siphon d’une impuissance définitive à réfléchir l’atrocité de notre obsolescence, nous sommes devenus le foetus d’un autre univers du risque que celui enduré jusqu’ici par nos plus grands p(a)nseurs.

L’écriture de ce nouveau commencement dans l’impensable exige un saltus évolutif de la philo-sophia. Nous avons dû commencer à lui sacrifier ici les formes de maintien attendues d’une quelconque force de pensée. L’invasion sidérante de cette puissance de vision sans concept tente la langue elle-même de traverser expérimentalement le mensonge du temps et de la mort sur la terre.

L’Os d’Ôr fait sonner l’acte de naissance d’un post-humain non-manufacturé : le premier vivant !

(cyril loriot) et (aurélien réal) sont des membres dé-conçus du collectif l’imp(a)nsable.

Titre : L'impossible cadavre
suivi de : L'Os d'Ôr
Auteur : (cyril loriot) et (aurélien réal)
ISBN 13 : 978-2-916492-47-6
Format : 140 x 220 Broché
Nombre de pages : 290 p.
Prix public : 19,80 euros TTC
19,80 €
22,80 € Entendre Heidegger

Entendre Heidegger

et autres exercices d’écoute

François FEDIER

C'est grâce à Jean Beaufret que j'ai pu entendre. Sans lui, je n'aurais sans doute pas été capable de porter attention au propos de Heidegger : il est au premier abord presque inaudible, tant ce qui y est dit demande qu'on ouvre grand les oreilles. Le renom du philosophe ne vient pas faciliter les choses. La gloire elle aussi est faite de malentendus.

Dissiper les malentendus est une entreprise fastidieuse : rien n'est plus obtus qu'un homme qui ne veut rien entendre. Le présent livre ne se propose donc pas ce but. Il lui suffit amplement de mettre autant que possible les lecteurs au contact de ce que montre Heidegger, cette contrée si proche, mais que nous avons les plus grandes peines du monde à percevoir, et où tant de richesses dorment à notre insu.

Les textes ici rassemblés, dont la moitié sont inédits, ont été écrits de 1983 à 2007.

Mon souhait le plus cher est que ce livre puisse donner envie d'écouter : un peu comme lors de ces instants d'attente joyeuse – quand, une fois le la donné à l'orchestre, chaque instrument se met pour lui-même à s'accorder dans sa tessiture, au milieu d'un brouhaha croissant, jusqu'à ce que s'installe soudain le silence où le concert peut commencer.

François Fédier, décembre 2007

Titre: Entendre Heidegger et autres exercices d’écoute
Auteur: François FEDIER
ISBN : 978-2-916492-23-0
EAN : 9782916492230
ISSN : 1953-9428
Collection : La contrée
Format: 14x22
Nombre de pages : 432 p. Dos carré collé
Date de mise en vente : 20 février 2008
Prix public : 22,80
Editeurs : Le Grand Souffle Editions
Catégorie : Philosophie
22,80 €
18,80 € Faut-il inventer le réel ?

Faut-il inventer le réel ?

Etude sur le principe

KORONÉOS

« Le voyageur (vous et moi) pense avec la totalité de son corps-esprit ; mais s’il tente de saisir le réel par des énoncés, ceux-ci se vident de leur contenu. Il les utilise alors de manière contextuelle, c’est-à-dire que leur signification varie selon leur emplacement. Il ne cherche pas à prouver mais à induire.

Les énoncés reflètent toujours un aspect instantané du voyageur dans ses rapports avec lui-même et avec le monde. Ainsi le texte reste nécessairement inachevé. Il implique des contradictions en apparence irréductibles. Il doit être lu comme une partition musicale élaborée par le voyageur afin de pouvoir (sur)vivre. »

L’auteur : ami de Paul Celan, d’Elias Canetti et de Giorgio Strehler, Koronéos est né en Grèce en 1933. A 33 ans, il élabore le plan architectural d’une vaste « ontologie » à plusieurs genres. Les métamorphoses de ce qu’il nomme le « voyageur » s’incarneront ainsi à travers dix tragédies (ontologie I), un recueil poétique (ontologie II), un mythe : Fait divers, description d’un messie (ontologie IV), Manuel pour Gilgamesh (ontologie V et VI). Faut-il inventer le réel ? (ontologie III) en constitue la partie philosophique.
Dans le double sillage de Wittgenstein et Heidegger, Koronéos opère ici une mutation déconcertante de la rigueur philosophique par temps de catastrophe, en vue d’une « promesse infinie d’accomplissement ».

Auteur : KORONÉOS
Collection : La contrée
ISBN 13 : 978-2-916492-15-5
Format : 140 x 220 Broché
Nombre de pages : 320 p.
Prix public : 18,80 euros TTC
18,80 €
19,00 € Le Contredieu

Le Contredieu

Alain Jugnon

Le Contredieu est la guerre portée dans les lettres humaines. Il est la philosophie athéiste et humaniste appliquée au monde sans dieu : cela se passe au théâtre, dans la vie, au travail, dans l’écriture, chez les hommes. Dans la pensée…

Le Contredieu est dédié aux amitiés d’astres, aux traceurs et intercesseurs, grands individus souverains, Alain Jouffroy, Bernard Stiegler et Michel Surya, cela a son importance, c’est pour la vie…

Le Contredieu est envoyé aux embarqués de la mi-nuit, pris dans la nasse, grands catholiques ou grands convertis dans l’être là de l’humain à tout faire, les Sollers, les Onfray, les Benoît XVI, c’est pour rire…

Le Contredieu est contre dieu : pas le mort, l’autre.

Alain Jugnon

Alain Jugnon enseigne la philosophie. Il est le rédacteur en chef de la revue littéraire et philosophique La Sœur de l’Ange (éditions Le Grand Souffle). Il est l’auteur de pièces de théâtre : Nietzsche se marie (éditions A Contrario, 2004), En ordre de Bataille (éditions A Contrario, 2005), et d’un essai : Michel Onfray, la force majeure de l’athéisme (éditions Pleins Feux, 2006). Il dirige la revue philosophique Contr’un aux éditions Pleins Feux (1er numéro janvier 2007).

revue de presse

Auteur : Alain Jugnon
Collection : La contrée
Format : 14 x 22 cm, 256 pages Broché, inédit
ISBN 10 : 2-916492-14-3
ISBN 13 : 978-2-916492-14-8
Prix : 19 euros
19,00 €
23,80 € La soustraction de l'être

La soustraction de l'être

Rémy Bac

La question de la vérité ontologique de Heidegger à Badiou

Rémy Bac

"Ce livre part d'un constat : la pensée de l'être en tant qu'être, relancée à nouveaux frais par Heidegger, n'accomplit d'aucune manière un « achèvement de la métaphysique », mais constitue au contraire l'aurore de nouveaux grands systèmes métaphysiques. Pour autant, il reste avéré que la question de l'être, ou du vide, se distingue de celle de l'étant.

Par ailleurs, ce livre part aussi d'un étonnement : comment se fait-il que la pensée de l'être, réactivée par Heidegger dans toute son ampleur herméneutique sous la tutelle du poème, puisse connaître, après Lacan, sa seule et réelle interlocution rivale dans L'être et l'événement d'Alain Badiou, sous la garde du mathème ? Que signifie cet « affrontement » entre poème et mathème ? De telles questions nous ont amené à explorer, par une lecture croisée avec la pensée de Lacan, « l'envers » du système de Badiou, afin de saisir la mutation qu'il en est advenue du concept de vérité comme fidélité à l'événement et soustraction au savoir."

Rémy Bac

Rémy Bac est né en 1972. Il inscrit volontiers son travail philosophique dans le sillage d'Alain Badiou et de Slavoj Žižek. Préfacée par Mehdi Belhaj Kacem, avec lequel il anime le site L'antiscolastique, La soustraction de l'être constitue son entrée sur la scène philosophique.

Titre : La soustraction de l'être
Sous-titre : La question de la vérité ontologique de Heidegger à Badiou
Auteur: Rémy Bac
ISBN 13 : 978-2-916492-43-8
EAN : 9782916492438
ISSN : 1953-9428
Collection : La Contrée
Format : 14x22
Nombre de pages : 372 p.
Dos carré collé
Inédit
Date de mise en vente : 9 avril 2008
Prix public : 23,80 €
Editeurs : Le Grand Souffle
Catégorie : Philosophie
23,80 €